Vize

De l’anxiété aux troubles anxieux : 7 symptômes à ne pas ignorer

Lucie M

Qui n’a jamais ressenti d’anxiété face aux tracas du quotidien ? Cette tension nerveuse, causée par l’incertitude ou l’attente, est une réaction normale face aux aléas de la vie.

Néanmoins, lorsque cet état émotionnel engendre de la souffrance et entrave le fonctionnement normal, le seuil de la pathologie est franchi. L’anxiété est le symptôme prédominant des troubles anxieux, tels que le trouble panique, la phobie sociale ou encore le trouble anxieux généralisé (TAG).

D’après les chiffres de la Haute autorité de santé, 21 % des adultes présenteront des troubles anxieux au cours de leur vie. Les experts de PsyVize font toute la lumière sur une problématique de santé mentale encore trop souvent ignorée.

Les troubles anxieux : définition

Le DSM-5 (Cinquième version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) consacre tout un chapitre à l’anxiété pathologique et aux divers troubles anxieux associés. Ces derniers présentent des points communs : une peur et une anxiété excessives qui entraînent des perturbations comportementales.

cta-psyvize-icon-2-1
Suis-je sujet au trouble anxieux ? (Anxiété / Angoisse)
Vous vous sentez souvent anxieux ou angoissé ? Vous vous demandez c’est « normal », si vous êtes « comme ça » ou si au contraire, quelque chose se cache derrière tout ça ? Faîtes notre test gratuitement

Que veut dire anxiété ?

Le Dictionnaire de l’Académie française définit l’anxiété comme une « inquiétude très vive donnant l’impression que le cœur se serre. » D’ailleurs, ce terme provient du latin anxius, formé à partir du verbe angere signifiant « serrer, étrangler ». Le DSM-5 considère l’anxiété comme l’anticipation d’une menace future.

Le Manuel MSD, quant à lui, apporte un éclairage complémentaire. L’anxiété n’est pas forcément « liée au moment précis où une menace existe. » Plus concrètement, cet état émotionnel se déclenche avant ou après un danger, et même sans aucune menace identifiable.

L’anxiété transitoire reste proportionnée et limitée dans le temps
Un entretien d’embauche ou un mariage imminent, l’arrivée d’un enfant, ou encore des difficultés financières. Rien de plus normal si vous vous sentez anxieux dans ces situations. Il s’agit alors d’un état légitime face au stress et à l’incertitude que vous ressentez. L’anxiété ne dure qu’un temps. D’ailleurs, elle reste proportionnée à la situation et ne perturbe pas outre mesure votre fonctionnement.

Quand l’anxiété devient pathologique

La limite de la pathologie est franchie lorsque l’anxiété associée à des événements ou des situations s’éternise, interfère avec votre vie quotidienne et impacte votre degré de bien-être. Elle se distingue alors de l’anxiété transitoire par sa persistance, en général six mois ou plus. Cette durée peut être plus brève chez les enfants.

L’anxiété pathologique prend souvent des proportions impressionnantes. Il est fort probable que vous surestimiez le danger dans des situations que vous craignez ou que vous évitez. Le DSM-5 précise que certains troubles anxieux prennent racine dès l’enfance et persistent à l’âge adulte s’ils ne sont pas traités.

Les différents troubles anxieux

Le DSM-5 répertorie plusieurs troubles anxieux qui se différencient les uns des autres par la nature de l’objet ou de la situation induisant « la peur, l’anxiété ou le comportement d’évitement et le raisonnement cognitif associé. »

Ainsi, les critères de distinction des sous-types d’anxiété portent à la fois sur l’analyse approfondie des situations craintes ou évitées et sur celle des pensées et des croyances associées. Désormais, le trouble de stress post-traumatique n’est plus répertorié parmi les troubles anxieux mais parmi les troubles découlant d’événements stressants.

Sous-types de troubles anxieuxCaractéristiques générales
Anxiété de séparationAnxiété excessive avant ou après la séparation avec une ou plusieurs figures d’attachement (un parent ou un être proche).
Phobies spécifiquesPeur irrationnelle et excessive face à un objet, à un animal ou à une situation spécifique.
Anxiété ou phobie socialeAnxiété provoquée par les interactions sociales, à l’idée d’être humilié, rejeté ou méprisé par les autres.
Trouble paniqueAnxiété se manifestant sous la forme de crises, par des attaques de panique prévisibles ou inattendues.
AgoraphobieAnxiété au sein des espaces publics, parce que toute tentative de fuite est perçue comme difficile voire impossible.
Trouble anxieux généralisé (TAG)Anxiété excessive et persistante portant sur des domaines variés et qu’il devient difficile à contrôler dans la vie quotidienne.

1 – L’anxiété de séparation

L’anxiété de séparation renvoie à la peur ou à l’anxiété excessive qui se déclenche à l’idée d’être séparé de ses figures d’attachement (les parents par exemple). Si ce trouble se manifeste plus fréquemment chez les enfants, il peut affecter des adolescents et des adultes. Les répercussions sont multiples : difficultés dans les relations interpersonnelles, accès limité à l’autonomie et à l’indépendance, troubles de l’attachement, risque de dépendance affective.

En plus des cauchemars et des symptômes physiques de détresse, le sujet reste très réticent à l’idée de s’éloigner de ses figures d’attachement et de son environnement familier. Il craint qu’il arrive malheur aux êtres chers ou que des événements l’en séparent pour toujours. La peur de l’abandon reste très présente.

cta-psyvize-icon-2-1
Suis-je sujet au trouble anxieux ? (Anxiété / Angoisse)
Vous vous sentez souvent anxieux ou angoissé ? Vous vous demandez c’est « normal », si vous êtes « comme ça » ou si au contraire, quelque chose se cache derrière tout ça ? Faîtes notre test gratuitement

2 – Les phobies spécifiques

Contrairement aux autres troubles anxieux, un raisonnement cognitif spécifique ne définit pas les phobies spécifiques. Peur des araignées, des serpents, du vide, de l’avion ou encore des espaces clos : l’anxiété atteint son paroxysme lorsque la personne est confrontée à l’objet, à l’animal ou à la situation phobogène.

L’intensité des phobies et leur répercussion importante dans le quotidien dessinent les contours de la pathologie. Face à l’objet ou à la situation phobique, la peur est tellement irrationnelle et insurmontable qu’elle provoque une détresse significative, des réactions de panique voire des comportements d’évitement.

3 – L’anxiété sociale ou phobie sociale

L’anxiété sociale (ou phobie sociale) provoque de nombreuses difficultés dans la sphère sociale et professionnelle. Les interactions avec les autres représentent une grande source d’anxiété : manger ou parler en public, rencontrer des inconnus ou des personnes peu familières, se trouver dans une situation de performance face au regard d’autrui.

Le sujet craint le jugement négatif des autres, il redoute l’humiliation, le rejet ou le simple fait de se trouver dans l’embarras à un moment ou à un autre. Les interactions sociales à venir laissent place à une anxiété anticipatoire intense. Lorsque la personne ne peut pas contourner les situations sociales, son état émotionnel s’accompagne souvent de rougissements et de tremblements incontrôlables.

4 – Le trouble panique

Ce trouble anxieux se définit par des attaques de panique répétitives. La peur ou le malaise intense monte soudainement pour atteindre son paroxysme au bout de quelques minutes. Se manifestent alors des symptômes physiques et cognitifs : perte de contrôle de soi, sensation d’étouffement ou de mort imminente, palpitations, accélération du rythme cardiaque, douleur thoracique.

La personne est très préoccupée ou inquiète à l’idée de subir de nouvelles attaques de panique. Elle va jusqu’à modifier son comportement, en évitant des lieux non familiers par exemple. Le DSM-5 précise que les crises d’anxiété sont prévisibles ou inattendues. Concrètement, elles se manifestent soit en réponse à un objet ou à une situation redoutée, soit sans raison apparente.

À lire aussi : Crise d’angoisse : Définition, Causes, Symptômes, La calmer

5 – L’agoraphobie

L’anxiété à la source de l’agoraphobie repose sur deux des situations suivantes au minimum : prendre les transports publics, se trouver dans des espaces ouverts ou dans des lieux clos, être dans une file d’attente ou au sein d’une foule, être seul en dehors de chez soi dans d’autres circonstances que celles décrites précédemment.

Parce que ces situations provoquent une peur et une anxiété irraisonnées, la personne les évite autant qu’elle le peut ou a nécessairement besoin d’être accompagnée par un tiers. Elle reste persuadée de la difficulté à s’échapper ou à trouver du secours si une attaque de panique ou d’autres symptômes surviennent.

L’agoraphobie non traitée a de lourdes répercussions
La forme la plus sévère d’agoraphobie impacte le fonctionnement quotidien. L’anxiété est tellement intense et disproportionnée par rapport à la réalité que certaines personnes ne parviennent plus à sortir de chez elles pour se déplacer ou aller faire des courses.

6 – Le trouble anxieux généralisé (TAG)

L’inquiétude se révèle permanente et exacerbée dans le cas du trouble anxieux généralisé. Elle porte sur des domaines variés, comme les performances scolaires ou professionnelles. Plus largement, le poids du quotidien alimente l’anxiété : responsabilités familiales, problématiques de santé, soucis financiers, charge mentale (prise de rendez-vous, tâches ménagères à effectuer).

Le sujet se sent constamment en insécurité, ce qui le pénalise dans ses activités et entretient son anxiété. De nombreux symptômes physiques typiques du TAG se manifestent alors : tensions musculaires, passages à vide, sensation d’être énervé, fatigue survenant plus facilement.

Quels sont les symptômes communs aux troubles anxieux ?

Si certains signes renvoient davantage à une forme d’anxiété pathologique, la plupart des troubles anxieux présentent des symptômes psychologiques et physiques communs.

cta-psyvize-icon-2-1
Suis-je sujet au trouble anxieux ? (Anxiété / Angoisse)
Vous vous sentez souvent anxieux ou angoissé ? Vous vous demandez c’est « normal », si vous êtes « comme ça » ou si au contraire, quelque chose se cache derrière tout ça ? Faîtes notre test gratuitement

Symptôme n° 1 : Un niveau d’anxiété persistant et disproportionné, signe prédominant

Quel que soit le trouble anxieux, le niveau d’anxiété atteint des sommets et ne s’efface pas au bout de quelques jours. Il prend des proportions énormes, bien au-delà de ce qui serait considéré comme un état émotionnel normal ou approprié dans la population générale. Chaque individu présente une capacité à tolérer l’anxiété qui lui est propre.

Symptôme n° 2 : Des inquiétudes difficiles à contrôler

Dans le cadre des troubles anxieux, les préoccupations et les inquiétudes deviennent difficilement contrôlables et occupent tout l’espace mental. Même des événements mineurs créent une tension nerveuse envahissante. La personne subit les assauts de pensées négatives et anticipatoires concernant différents aspects de sa vie. La difficulté à mettre ces préoccupations de côté crée une grande détresse émotionnelle.

Chaque trouble présente son lot d’inquiétudes incontrôlables. Dans le cas de l’anxiété généralisée par exemple, ces dernières portent sur différents domaines du quotidien. Concernant la phobie sociale, les préoccupations se focalisent sur les interactions sociales futures. La séparation avec les figures d’attachement représente une source d’inquiétude envahissante pour un enfant touché par l’anxiété de séparation.

Symptôme n° 3 : Des difficultés de concentration

Comment se concentrer sur une tâche bien précise quand l’hyperactivité mentale, les pensées envahissantes et la tension émotionnelle parasitent l’esprit ?

Les pensées anxieuses ont tendance à distraire fréquemment l’attention, ce qui impacte les performances cognitives et la productivité du sujet.

Symptôme n° 4 : Une forte irritabilité

Les troubles anxieux rendent les individus plus réactifs à des stimuli qui ne les auraient pas irrités en temps normal. Des situations mineures ou anodines deviennent vite source d’agacement, de frustration et de colère.

La sensibilité émotionnelle est telle qu’un rien peut entraîner des réactions excessives, ce qui affecte les relations amoureuses, amicales, familiales et professionnelles.

Un risque accru de dépression
Les symptômes des troubles anxieux sont tellement éreintants et déstabilisants qu’ils créent un terrain propice au développement des premières phases dépressives. Ainsi, il arrive que les symptômes de la dépression cohabitent avec ceux d’un trouble anxieux.

Symptôme n° 5 : Des symptômes physiques

Les troubles anxieux présentent tous des symptômes physiques en réaction aux situations anxiogènes. Par exemple, la respiration devient plus rapide ou saccadée, des tremblements et des palpitations cardiaques apparaissent, une sensation de boule dans la gorge ou dans l’estomac se fait sentir.

L’anxiété pathologique se manifeste aussi de manière somatique, c’est-à-dire que le corps réagit à la tension nerveuse qui s’éternise : maux de tête à répétition, fatigue assommante, douleurs musculaires chroniques, troubles gastro-intestinaux fréquents (douleurs abdominales, ballonnements, diarrhées), éventuellement troubles du comportement alimentaire.

Symptôme n° 6 : Des troubles du sommeil

Les perturbations du sommeil, symptomatiques des troubles anxieux, alimentent le degré d’irritabilité et diminuent la concentration. Les patients souffrant de l’une de ces pathologies connaissent un sommeil agité et ont tendance à faire de nombreux cauchemars. Ces derniers reflètent bien souvent les peurs et les préoccupations irrationnelles de la journée.

L’anxiété rend la détente quasi impossible, ce qui entraîne des difficultés à s’endormir, des insomnies et des réveils nocturnes fréquents. Un cercle vicieux s’instaure alors. Plus les troubles du sommeil prennent de la place, plus l’inquiétude se concentre autour du sommeil en lui-même au moment du coucher.

cta-psyvize-icon-2-1
Suis-je sujet au trouble anxieux ? (Anxiété / Angoisse)
Vous vous sentez souvent anxieux ou angoissé ? Vous vous demandez c’est « normal », si vous êtes « comme ça » ou si au contraire, quelque chose se cache derrière tout ça ? Faîtes notre test gratuitement

Symptôme n° 7 : Une sensibilité accrue au stress

Gérer son stress devient quasiment mission impossible dans le cadre des troubles anxieux. Une tâche supplémentaire à accomplir au bureau, ou un appareil ménager qui tombe en panne à la maison, et le stress ne tarde pas à pointer le bout de son nez.

Le moindre aléa, la moindre pression externe submerge totalement la personne au point qu’elle se sente dépassée et démunie, comme si le ciel lui tombait sur la tête.

Comment savoir si je souffre d’un trouble anxieux ?

Les questionnaires en ligne réalisés par des professionnels de santé sont intéressants si vous souhaitez vous faire une première idée. Bien entendu, ils ne sauraient remplacer une consultation chez un psychiatre ou un psychologue.

Le GAD-7, General Anxiety Disorder-7 item, vous propose une série de sept questions portant sur la fréquence des problèmes qui vous ont dérangé au cours des deux dernières semaines.

N’hésitez pas à demander de l’aide si l’anxiété ressentie vous paralyse et vous empêche de profiter pleinement de la vie. Seul un professionnel de santé mentale est apte à poser un diagnostic, à spécifier le trouble anxieux dont vous souffrez et à vous fournir des conseils avisés, en fonction de votre situation personnelle.

Des causes à exclure pour poser le diagnostic d’un trouble anxieux
Pour poser le diagnostic d’un trouble anxieux, les symptômes ne doivent pas découler de l’effet physiologique d’un médicament, d’une substance, d’une affection médicale ou d’un autre trouble psychique.

Comment soigner l’anxiété ?

Une prise en charge thérapeutique adaptée soulage la plupart des patients souffrant de troubles anxieux. Une bonne hygiène de vie (avec une alimentation équilibrée et un sommeil suffisant) participe également à la diminution des symptômes et à un meilleur équilibre émotionnel. L’Assurance maladie considère les troubles anxieux les plus sévères comme des affections de longue durée (ALD), ce qui signifie que les traitements liés à la maladie sont pris en charge à 100%.

cta-psyvize-icon-2-1
Suis-je sujet au trouble anxieux ? (Anxiété / Angoisse)
Vous vous sentez souvent anxieux ou angoissé ? Vous vous demandez c’est « normal », si vous êtes « comme ça » ou si au contraire, quelque chose se cache derrière tout ça ? Faîtes notre test gratuitement

Le traitement pharmacologique

Le plus souvent, le traitement pharmacologique repose sur la prise d’anxiolytiques prescrits sur des durées assez brèves car ils provoquent des effets indésirables sévères et entraînent un fort risque de dépendance.

Un médecin traitant ou un psychiatre peut également choisir de prescrire des antidépresseurs ou des bêta-bloquants, très efficaces pour contrôler davantage les symptômes physiques de l’anxiété tels que tremblements ou les bouffées de chaleur.

La psychothérapie

L’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) dans le traitement des troubles anxieux n’est plus à prouver. Cette approche thérapeutique, largement utilisée, invite tout d’abord le patient à identifier puis à remettre en question ses schémas de pensée anxieux.

Le thérapeute l’expose progressivement (et sous son contrôle) aux situations et aux stimuli qui déclenchent l’anxiété. Grâce à la TCC, la personne souffrant d’un ou de plusieurs troubles anxieux développe des compétences pour affronter les situations anxiogènes de façon plus adaptée.

Reconnaître les troubles anxieux pour en sortir

Les troubles anxieux, qui touchent deux fois plus les femmes que les hommes, ne représentent pas une fatalité. Une prise en charge adaptée permet bien souvent de soulager la pénibilité des symptômes et de traiter le problème à sa source.

C’est la garantie d’une vie plus épanouie. Détecter ces troubles dès l’enfance ou l’adolescence évite aux symptômes de s’aggraver au fil des années. Vous ressentez une anxiété forte qui perturbe plusieurs pans de votre quotidien ? Ne restez pas seul avec ce problème et demandez de l’aide sans tarder.

Votre thérapie à 90 € pour 1 mois complet

Votre accompagnement en thérapie pendant 30 jours à partir 90 € le mois complet. (Échange tous les jours avec un psychologue spécialisé et diplômé 5J/7)

Choisissez un(e) psychologue spécialisé dans votre problématique et démarrez votre programme d’accompagnement immédiatement.

3 psychologues en ligne