Vize

Bigorexie (Addiction au sport) : Déf, symptômes, comprendre (+ Test)

Lucie M

La bigorexie, en avez-vous déjà entendu parler ? Derrière ce terme inhabituel se cache une dépendance comportementale reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2011. Il s’agit de la dépendance au sport ou aux activités physiques. Si nous avons idéalisé le fait de se dépenser comme étant un remède à tous les maux, il s’avère qu’à l’instar de nombreuses pratiques et loisirs, cela peut aussi tourner à l’obsession et avoir des conséquences délétères à l’origine d’une souffrance extrême.

Mais quand parle-t-on de bigorexie exactement ? Quels en sont les symptômes ? Existent-ils des tests ou des diagnostics pour la détecter ? Découvrez toutes les réponses à vos questions dans cet article.

Qu’est-ce que la bigorexie ? (Définition)

La bigorexie désigne une dépendance au sport, aux activités physiques et à l’effort. Il ne s’agit donc pas d’une addiction liée aux produits comme l’addiction au chocola ou l’addiction au sucre, mais bien d’une dépendance comportementale.

La pratique de l’activité sportive – musculation, course à pied, natation, vélo ou autre – procure une sensation de bien-être, une désinhibition et un sentiment de soulagement. Cela favorise l’accoutumance et le besoin impérieux de faire plus de sport encore pour obtenir satisfaction. L’arrêt de la pratique va alors provoquer un syndrome de manque qui se manifestera tant au niveau physique que psychique.

Les causes de l’addiction au sport

Comme l’addiction s’installe de façon insidieuse, les causes sont difficilement identifiables, d’autant plus qu’elles varient d’un individu à un autre. Mais selon les recherches, un lien aurait été établi entre la bigorexie et certains problèmes psychologiques. Renforcer l’estime de soi, combler un vide affectif ou encore modifier son apparence corporelle en cas de complexe : tous ces arguments peuvent être à l’origine d’une bigorexie.

Par ailleurs, n’oublions pas la production d’endorphines et de dopamines délivrée à l’issue d’un effort. Il est ainsi prévisible que la dépense physique possède un potentiel addictogène plus ou moins important, au même titre que l’alcool ou le sexe. Toutes ces pratiques agissent au niveau des neurotransmetteurs dans la zone cérébrale en procurant un sentiment de plaisir, en soulageant les douleurs et en faisant baisser le niveau de stress.

Du sport contre la dépression et l’anxiété
Selon les études, l’activité qui permet de libérer le maximum d’endorphine est l’entraînement physique et l’effet de cette morphine naturelle persiste même plusieurs heures après l’effort. C’est pourquoi le sport est souvent conseillé comme remède à la dépression et même à l’anxiété.

Quels sont les symptômes de la bigorexie ?

Entre une simple passion et une pratique obsessionnelle, la frontière est mince. Il en devient parfois compliqué de repérer les symptômes de la bigorexie, d’autant plus que ceux-ci ne se rapportent pas à la courbe de poids de celui qui en souffre. Le profil psychologique et le comportement cognitif sont les plus énonciateurs de la dépendance, mais on peut également observer des symptômes sur le plan physique.

Les symptômes physiques de l’addiction au sport

À force de faire des efforts physiques excessifs, le corps peut craquer et s’abîmer. En effet, à long terme, la bigorexie entraîne des conséquences physiques non négligeables. Ces retentissements constituent souvent les premiers signes révélateurs de la dépendance.

Symptôme n° 1 : L’épuisement physique, le premier symptôme d’un addict

Quand le sport devient une addiction, l’épuisement général représente l’un des premiers signes prodromiques. En réalité, avec leur penchant pour le dépassement de soi, les sport-addicts s’adonnent à des séances exagérément intenses jusqu’à ignorer les alertes qu’envoient leurs corps.

Fatigue persistante, maux de tête, perturbation du sommeil, le surmenage peut se révéler à travers de nombreux aspects. Selon leurs fragilités individuelles, les bigorexiques vont également ressentir certaines douleurs au niveau du dos et de la musculature. Cet épuisement est en réalité induit par une récupération insuffisante après des séries d’entraînements intenses et prolongées.

Symptôme n° 2 : La fracture de fatigue, la maladie des bigorexiques

La fracture de fatigue est une des manifestations et conséquences négatives les plus fréquentes de la dépendance aux activités physiques. Il s’agit d’une lésion osseuse qui apparaît suite à une sollicitation excessive et répétée de l’os. On parle également de fracture de stress ou fracture de contrainte.

Dans un premier temps, les douleurs causées par cet incident cessent lorsque vous arrêtez de solliciter la zone concernée, mais à long terme, elles finissent par persister même au repos ou quand vous n’êtes pas en appui.

Les membres inférieurs souvent touchés
Ce symptôme peut se manifester à n’importe quelle zone où il y a surmenage, mais on l’observe très souvent au niveau des membres inférieurs : tibia, pied, talon, fémur, genou, rotule. La hanche, le bas du dos, le bassin et exceptionnellement le coude et le poignet peuvent également subir une fracture de fatigue.

Symptôme n° 3 : Les déchirures musculaires

La bigorexie peut s’exprimer à travers une déchirure musculaire, ce qui correspond à une rupture des fibres musculaires. Il s’agit d’un des plus grands dangers concernant cette dépendance. Encore une fois, elle est due à une pratique sportive trop intense.

Si elle se caractérise parfois par une simple élongation, cet accident très en vogue chez les sportifs et surtout les addicts peut provoquer jusqu’à la rupture d’un muscle ou la rupture du tendon, dans des cas très avancés. Et ceux qui en ont déjà souffert savent à quel point elle est extrêmement douloureuse.

Les autres symptômes physiques de la bigorexie
Outre les signes précités, l’addiction au sport peut se reconnaître par d’autres symptômes physiques comme l’atteinte tendineuse, la tendinite à répétition et même l’infarctus.

Les symptômes émotionnels de la dépendance au sport chez les hommes et les femmes

Si elle est plus répandue chez les hommes (22 %) que chez les femmes (5 %), la bigorexie se reconnaît également par des symptômes émotionnels.

Symptôme n° 4 : Le complexe d’adonis ou « anorexie inversée »

Quand le perfectionnisme atteint la sphère physique, cela provoque ce qu’on appelle le complexe d’adonis, aussi connu sous l’appellation anorexie inversée ou dysmorphie musculaire. Cette manifestation de la bigorexie concerne principalement les amateurs ou les professionnels de la musculation. Le complexe d’adonis désigne une contemplation particulière des abdominaux bien taillés et des biceps et triceps bien charpentés.

Elle se présente donc par une insatisfaction vis-à-vis des résultats des exercices, nonobstant leur intensité et leur régularité. A contrario des individus souffrant d’anorexie mentale, ceux qui sont atteints de dysmorphie musculaire ne se trouvent jamais assez gros, ni assez musclés. Sur le long terme, cette préoccupation immodérée concernant l’apparence physique va venir altérer leur estime et l’image corporelle qu’ils ont d’eux-mêmes.

Symptôme n° 5 : La culpabilité et l’irritabilité, les conséquences du manque

En principe, le manque d’exercice ou l’inachèvement d’un entraînement n’est pas censé être à l’origine d’émotions négatives, même chez les passionnés (de la déception et une humeur maussade éventuellement). Pourtant, lorsque la pratique sportive prend une tournure addictive, cela peut induire des réactions émotionnelles excessives.

Culpabilité et irritabilité se bousculent alors dans l’esprit des sport-addicts quand, par malheur, ils sont obligés de manquer une séance d’entraînement ou qu’ils sont dans l’incapacité de terminer les exercices qu’ils se fixent quotidiennement. Quand le syndrome de manque atteint un niveau plus élevé, cela peut conduire jusqu’à une anxiété généralisée, surtout lorsque l’épuisement physique a pris place depuis longtemps.

Dans les cas les plus extrêmes, cette détresse psychique va exhorter le bigorexique à compenser affectivement par la prise de drogues, la consommation de caféine ou d’alcool, l’adoption de comportements suicidaires ou le développement de troubles compulsifs alimentaires.

Symptômes n° 6 : Un désintérêt général pour tout ce qui ne touche pas au sport

Vous commencez à perdre de l’intérêt par rapport à tout ce qui ne touche pas au sport ou à l’effort physique ? Rien ne vous émeut à part l’entraînement, les protéines, l’alimentation healthy, les équipements sportifs, les salles de sport, etc. ? Alors il se peut que vous souffriez de bigorexie. En effet, ce type de dépendance comportementale entraîne un désintérêt général et une perte de motivation pour les choses autres que les activités physiques.

Que ce soit le travail, les études, la famille, les relations sociales, tout semble anodin aux yeux des bigorexiques. Ce sentiment provoque très souvent un effondrement de la stabilité sociale et professionnelle. Sans retenue, ils vont tout sacrifier pour la pratique sportive : leur temps, leur argent et toute leur attention.

D’ailleurs, ce symptôme est commun à toutes les formes d’addiction comme l’alcoolodépendance, la toxicomanie, la dépendance aux jeux d’argent, la dépendance au sexe, etc.

Les symptômes cognitifs observés chez les adultes et adolescents atteints de bigorexie

La bigorexie est un trouble complexe qui peut affecter plusieurs aspects de votre vie, y compris vos fonctions cognitives. Si vous avez un doute sur le développement de votre rapport avec le sport, restez attentif à ces symptômes cognitifs.

Symptôme n° 7 : Une incapacité à se concentrer

Le sport, devenu une prison sans barreau pour le bigorexique, monopolise toute l’attention de ce dernier. Il est obnubilé par ses capacités physiques et sportives et semble avoir des difficultés à se concentrer sur autres choses que celles-ci. Cette déficience cognitive survient essentiellement à la suite d’un syndrome de sevrage.

Quand le corps et le cerveau ne jouissent pas de leurs doses quotidiennes d’endorphine et de dopamine, ils vont réagir en réponse à ce manque en altérant légèrement les capacités cognitives de l’individu. Ce dernier va ainsi avoir des difficultés à focaliser son attention sur des tâches quotidiennes.

Symptôme n° 8 : Un manque de vigilance

Le manque de vigilance peut également être un symptôme de la bigorexie. En effet, le besoin compulsif de s’entraîner de manière excessive et prolongée va provoquer une fatigue physique et mentale, ce qui va être à l’origine d’un manque de sommeil et d’une diminution de la vigilance. D’autre part, ce symptôme s’explique également par le manque de récupération dont font l’objet les bigorexiques.

En réalité, lorsque le corps travaille en surmenage, cela va mener à une perturbation hormonale et un déséquilibre des neurotransmetteurs et venir déstabiliser l’état de vigilance. Le manque se traduira alors par la diminution des réflexes, la réduction des capacités de coordination et l’altération de la prise de décision. Ainsi, le risque d’accidents va augmenter de façon importante.

Comprendre la bigorexie

Dans l’optique de prévenir les blessures et les complications, d’améliorer la qualité de vie mais aussi la santé mentale et le bien-être, il est essentiel d’avoir une compréhension plus ou moins complète de la bigorexie. En réalité, la dépendance a des retentissements sur le quotidien du bigorexique, mais aussi sur celui de son entourage.

Quand devient-on bigorexique ?

On déclare souvent que l’on devient bigorexique lorsqu’on pratique une activité physique pendant au moins 10 heures par semaine. Toutefois, il est important de comprendre que la présence de la bigorexie ne se mesure pas au temps passé à faire du sport.

Vous devenez bigorexique à partir du moment où les activités physiques ont des répercussions péjoratives sur votre vie privée ou professionnelle. D’autre part, l’évolution pondérale ne permet pas non plus de déterminer si une personne est bigorexique ou non.

Par ailleurs, rappelez-vous que la bigorexie est une dépendance insidieuse. Elle ne touche pas tout le monde et on ne devient pas non plus bigorexique du jour au lendemain. Généralement, on l’observe chez les sportifs de haut niveau, mais elle peut également se manifester chez les sportifs à activité moyenne.

La prévalence chez les individus actifs
En termes de prévalence chez les individus physiquement actifs, entre 10 à 15 % des personnes pratiquant intensément une activité physique sont touchées par cette addiction au sport.

Qui est touché par la bigorexie ?

La bigorexie touche des profils psychologiques spécifiques de sportifs. Il s’agit principalement de personnes sur lesquelles on peut observer des difficultés à se poser des limites et celles qui ressentent le besoin de canaliser des troubles psychologiques comme un trouble anxieux, un trouble dépressif, un trouble de l’humeur, etc. La grossophobie peut également être un facteur déclencheur.

Parmi les différentes classes d’âge, on observe une prévalence plus importante de la bigorexie chez les adolescents. Contrairement aux enfants et aux adultes, les adolescents se trouvent dans une phase d’agitation émotionnelle qui peut facilement pousser à devenir accro au sport. De nombreux bigorexiques le deviennent car ils se sont servi du sport comme un refuge, une manière de combler un vide affectif.

Les disciplines sportives les plus touchées par la bigorexie
Si l’émergence de la bigorexie dépend essentiellement des traits de personnalités propres à chacun, et non de la pratique sportive, il existe des disciplines sportives qui sont plus associées à son apparition.
Selon les observations, les sports d’endurance ainsi que les sports extrêmes demandent un investissement important et un dépassement de soi plus fervent. Le physique et le psychique sont ainsi stimulés de sorte à pouvoir améliorer les performances et atteindre le niveau d’adrénaline escompté par le sportif. C’est pourquoi les individus pratiquant ces disciplines sportives sont les plus susceptibles à développer une bigorexie.

Orthorexie ou bigorexie : comment les reconnaître ?

Orthorexie et bigorexie sont souvent associées. Il s’agit de deux formes de dépendance reposant sur une obsession pour des activités saines et bénéfiques.

L’orthorexie constitue un trouble compulsif et obsessionnel se caractérisant par une envie et un besoin impérieux d’ingérer des aliments sains. Généralement, les personnes qui souffrent de ce trouble alimentaire éprouvent du rejet voire du dégoût vis-à-vis des aliments perçus comme malsains et nuisibles pour la santé. A contrario des autres troubles alimentaires comme la boulimie ou l’hyperphagie boulimique, l’orthorexie n’est pas encore officiellement reconnue.

De nombreuses personnes – surtout celles œuvrant dans l’univers médical ou sportif – peuvent donner une importance particulière au contrôle de leur alimentation. Cependant, lorsque les précautions alimentaires sont poussées à l’extrême, et que les régimes sont dangereusement restrictifs, cela peut avoir des conséquences délétères pour la santé : perte de poids excessive, carences alimentaires, pathologies…

De par ces caractéristiques, l’orthorexie et la bigorexie s’entendent très bien et il n’est pas rare de voir un bigorexique présenter un trouble d’orthorexie. Quitte à empiéter les autres aspects de leur vie quotidienne, le contrôle de l’alimentation devient alors une obsession : une nourriture pesée au gramme près, un contrôle insaisissable des valeurs nutritionnelles de chaque aliment, une rigidité excessive en ce qui concerne la composition des aliments, un refus inflexible des invitations par peur de déroger aux règles d’alimentation auto-établies, etc.

En dehors des répercussions que peuvent avoir ces comportements sur l’état de santé, il ne faut pas négliger le fait qu’ils peuvent être à l’origine d’un retrait social dangereux pour le bien-être, l’évolution personnelle et l’équilibre émotionnel.

Comment savoir si on est bigorexique ? Diagnostic et test à réaliser

Le diagnostic de l’addiction au sport est établi lorsqu’au moins 3 des symptômes précités sont présents simultanément chez un individu pendant une année. Toutefois, seuls les médecins, les psychologues et les psychiatres peuvent poser ce diagnostic et ces derniers ne se basent pas uniquement sur le nombre de symptômes observés chez le sujet.

Une échelle d’évaluation de la bigorexie développée par un groupe de chercheurs et psychologues britanniques – Terry, Szabo et Griffiths – est généralement utilisée par la plupart des psychologues d’Europe actuellement. Il s’agit de l’Exercice Addiction Inventory ou EAI. Ce test repose sur la définition de l’addiction comportementale aux exercices physiques établie par le Dr. Griffiths.

Selon lui, ce type d’addiction se définit autour de 6 composantes :

  1. Saillance : l’activité physique constitue l’activité la plus importante de la vie du sujet ; elle occupe ses pensées, ses sentiments, ses comportements ;
  2. Conflit : à quel point la pratique de l’activité addictive est source de conflit interpersonnelle ;
  3. Modification de l’humeur : l’action du sport sur l’humeur de la personne. Il s’agit d’une constatation totalement subjective ;
  4. Tolérance : le rythme d’augmentation de la pratique de l’activité pour pouvoir ressentir le même niveau d’euphorie qu’avant, sachant que le cerveau devient de plus en plus tolérant au fil du temps face au même stimulus ;
  5. Syndrome de manque : le niveau de mal-être ressenti à l’arrêt ou à la diminution de la pratique ;
  6. Rechute : le risque de récidive des comportements addictifs.

C’est à partir de ces composantes que l’EAI a tiré ses 6 items, cotés sur une échelle de 1 à 5.

Comment soigner la bigorexie ?

S’agissant d’une addiction comportementale, la bigorexie se soigne comme telle grâce à différents types de prise en charge. Cependant, afin de rendre effectif le traitement de la bigorexie, il est crucial d’obtenir avant tout une prise de conscience de la part de l’individu dépendant. Cela permet de reconnaître les problématiques et les impacts qu’induit le comportement addictif dans la vie quotidienne. En acceptant cette réalité, parfois douloureuse et insoutenable, vous suscitez vous-même un désir de changement et vous vous engagez d’ores et déjà dans un processus de guérison.

Ainsi, dans cette optique de rémission, il est possible de se rapprocher d’un professionnel addictologue, d’un médecin du sport ou des Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA). Vous pourrez y bénéficier d’un suivi et d’un accompagnement particuliers.

Si vous optez pour les suivis psychologiques auprès d’un psychologue, ces derniers peuvent vous proposer la thérapie cognitive et comportementale (TCC) pour traiter votre bigorexie. Cette forme de traitement psychothérapeutique est axée sur les mécanismes délétères qui sont à l’origine de vos difficultés. Le but de la TCC est de vous aider à modifier les comportements perçus comme bénéfiques pour que vous puissiez transformer vos schémas de pensée et que vous sortiez du cercle vicieux de la dépendance.

La thérapie interpersonnelle (TIP) est également très utilisée pour traiter les différents types de dépendance. Elle constitue donc une bonne alternative dans la prise en charge de la bigorexie. Le principe est de mettre le lien entre les dysfonctionnements interpersonnels et le comportement addictif : quels sont les conflits interpersonnels sous-jacents qui vous poussent à vous réfugier dans les activités physiques ? La thérapie vise à traiter ces derniers afin de réduire leurs influences sur vos comportements et vos actions et donc à vous délivrer de l’emprise de la dépendance.

Soigner la bigorexie
Bien qu’il s’agisse d’une addiction, la bigorexie, à l’instar de toutes les dépendances, se soigne. En plus des solutions qui ont fait leur preuve, les nombreux témoignages et documents concourent à une sensibilisation des acteurs du milieu sportif. Rappelons toutefois que l’activité physique est une pratique bénéfique, une abstinence totale est donc proscrite dans le traitement de la bigorexie. Qui plus est, il n’existe pas de traitement médicamenteux pour soigner cette dépendance. L’approche psychothérapeutique reste donc une alternative idéale.
Votre thérapie à 90 € pour 1 mois complet

Votre accompagnement en thérapie pendant 30 jours à partir 90 € le mois complet. (Échange tous les jours avec un psychologue spécialisé et diplômé 5J/7)

Choisissez un(e) psychologue spécialisé dans votre problématique et démarrez votre programme d’accompagnement immédiatement.

3 psychologues en ligne