Vize

Jalousie maladive : Top 13 des signes, Test gratuit (+ Solutions)

Lucie M

Qui n’a jamais ressenti de jalousie à l’idée de perdre l’attention et l’affection d’un être cher ? Il s’agit là d’une réaction tout à fait humaine, qui s’exprime lorsqu’on se sent menacé dans sa relation à autrui : partenaire, ami, membre de sa famille. La jalousie peut donc jaillir dans les relations amoureuses comme dans la sphère amicale, familiale ou professionnelle.

Dès lors que ce sentiment désagréable se teinte d’un besoin de contrôle sur autrui et qu’il envahit tout l’espace psychique et mental de l’individu, la limite de la pathologie est franchie. Les professionnels de santé parlent alors de jalousie maladive.

Dans l’imaginaire collectif, la jalousie excessive est parfois assimilée à une preuve d’amour ou à l’expression d’une passion débordante. Or elle entraîne une grande souffrance, à la fois chez celui ou celle qui en fait les frais et chez la personne jalouse. Les experts de PsyVize font le point sur les 13 signes permettant d’identifier la jalousie maladive et vous proposent des solutions.

C’est quoi la jalousie maladive ou malsaine ?

Véritable cercle vicieux, la jalousie pathologique emprisonne le jaloux maladif et celui ou celle qui en est le réceptacle. Chez l’individu qui l’exprime, homme comme femme, cette dernière relève de l’angoisse infondée de perdre sa place au sein d’une relation amoureuse, amicale ou professionnelle. Elle se caractérise par un fort désir d’exclusivité et de possession d’autrui.

La jalousie maladive se mêle à des émotions telles que la frustration, la peur, la tristesse ou encore l’inquiétude. La relation ne se construit pas sur le terreau des sentiments mais bien sur celui de la dépendance, de la rivalité et des soupçons incessants.

Jalousie = amour ?
Ce schéma d’attachement dysfonctionnel n’est en aucun cas une preuve d’amour ou d’amitié car la volonté de posséder quelqu’un à tout prix le prive indiscutablement d’une partie de sa liberté. Or, l’amour inconditionnel consiste à œuvrer pour le bien-être d’autrui.

Quels sont les différents types de jalousie ?

Lorsque la jalousie ne se fonde pas sur une situation objective mais sur des projections ou de la paranoïa, elle est pathologique par définition.

Les 3 types de jalousieCaractéristiques
La jalousie compétitiveCette forme de jalousie réveille l’instinct de propriété qui sommeille en chacun de nous. Elle se caractérise par la peur de perdre sa place au sein du couple, d’une relation ou d’un groupe. La jalousie compétitive repose sur des faits concrets. Mais le manque d’estime de soi ou la dépendance affective transforment la situation en menace. Jusque-là ce schéma reste assez commun.
La jalousie par projectionContrairement au premier type de jalousie, la jalousie par projection ne se base pas sur des indices réels mais sur des projections de ses propres peurs ou désirs sur autrui. La personne jalouse transpose sur son partenaire (ou toute autre personne) ses pensées et émotions, voire sa propre culpabilité. Au sein du couple par exemple, l’individu perçoit des signes de tromperie chez sa moitié malgré l’absence de preuves concrètes. Ces signaux d’alarme sont en fait le reflet du désir inconscient de se laisser aller à l’infidélité.
La jalousie paranoïaqueIl s’agit de la forme la plus sévère de jalousie, caractérisée par une paranoïa totale. La personne jalouse fait preuve d’une méfiance excessive vis-à-vis de son partenaire. Ses soupçons ne se fondent sur aucune preuve tangible. La jalousie délirante fait vivre un véritable enfer au jaloux et à son souffre-douleur. Mettre fin à cette relation toxique est parfois la seule solution pour s’extraire de ce cercle infernal, notamment lorsqu’on la personnalité toxique prive l’autre de son libre arbitre et de son bien-être.

Les causes de la jalousie maladive

Pourquoi certains individus basculent-ils de la simple jalousie compétitive à une forme de jalousie pathologique ? Il n’existe pas d’explication universelle à la jalousie maladive mais plusieurs facteurs favorisent son développement, comme la dépendance amoureuse ou un trouble de la personnalité.

La dépendance affective et plus particulièrement la dépendance amoureuse

L’insécurité émotionnelle découle d’un trouble de l’attachement dans l’enfance, ce qui amplifie la peur d’être abandonné. Pour se sentir en confiance, la personne dépendante affective a besoin de preuves d’affection et de fidélité permanentes. La jalousie obsessionnelle constitue donc un symptôme de la dépendance affective en couple. Elle peut également être présente dans les situations de codépendance.

À lire aussi : Top 7 des causes de la dépendance affective (+ Solutions)

Une estime de soi fragilisée

Un manque de confiance en soi et une estime de soi mise à mal accroissent la peur d’être détrôné au sein de la relation. Le jaloux maladif doute de sa propre valeur, ce qui le freine dans son fonctionnement individuel et déforme son rapport aux autres.

Une expérience passée traumatisante

Des traumatismes non digérés comme une blessure d’abandon, une blessure de rejet, des infidélités ou une relation dysfonctionnelle passée alimentent la crainte que ces schémas se répètent à l’avenir, d’où une hyper vigilance et une méfiance exacerbée.

Un trouble de la personnalité

Comme le précise le DSM-5, ouvrage de référence en psychiatrie, la jalousie maladive fait partie des signes caractéristiques de certains troubles de la personnalité tels que la perversion narcissique et le trouble de la personnalité paranoïde.

Quels sont les signes de la jalousie maladive ?

La jalousie maladive détruit tout sur son passage. Du fort sentiment d’insécurité ressenti par le jaloux, découlent sa suspicion, sa colère et son envie irrépressible de contrôler l’autre. La victime alimente bien souvent ce cercle infernal à son insu, en tentant de le rassurer par tous les moyens.

Dans la plupart des cas, le jaloux maladif n’a même pas conscience de la relation dysfonctionnelle qu’il a instauré et de la souffrance qu’il cause autour de lui. Vous êtes de plus en plus souvent dévoré par ce sentiment ? Vous subissez au contraire la jalousie de votre mari, de votre femme ou d’une autre personne ? Voici les 13 signes de la jalousie maladive qui doivent vous mettre la puce à l’oreille.

Signe n° 1 : La surveillance excessive d’autrui

La surveillance constante des moindres faits et gestes à toute heure. Voici le premier signe qui donne l’alerte. La personne jalouse garde systématiquement un œil sur les activités et les interactions de l’autre, jusqu’à envahir complètement son intimité et à l’étouffer dans sa vie quotidienne. Son objectif est de le garder sous contrôle.

Elle a besoin de tout savoir et ne relâche jamais sa vigilance : lieux fréquentés, relations personnelles et professionnelles. Cela se manifeste par des comportements envahissants comme la vérification constante du téléphone, de l’agenda et des réseaux sociaux, ou encore le fait de fouiller les poches.

Signe n° 2 : La suspicion constante de l’infidélité

Dans la sphère du couple, le jaloux maladif reste convaincu que son conjoint (ou conjointe) le trompe, le trahit ou est sur le point de passer à l’acte. Et ce malgré l’absence de preuves ou d’indices tangibles. Il projette en fait ses propres peurs et insécurités sur son partenaire. Toutes ces pensées persistantes empêchent l’instauration d’une relation de confiance sur le long terme.

Dans l’esprit de la personne jalouse, les comportements les plus anodins résonnent comme des signes d’infidélité. Il suffit que son partenaire rentre en retard du travail ou qu’il reçoive un message sur son téléphone pour réactiver la suspicion. Même les interactions innocentes et les conversations amicales sont passées au crible et surinterprétées.

Signe n° 3 : L’isolement social de l’autre personne

Plus la personne jalouse exprime des sentiments d’anxiété et d’insécurité à propos des interactions qu’entretient son souffre-douleur, plus elle l’incite peu à peu à limiter les contacts et à s’éloigner de son cercle social afin d’éviter de nouveaux conflits. Tous ces comportements possessifs créent une bulle d’isolement.

Au fil du temps, l’emprise de la jalousie maladive se renforce. La victime délaisse ses activités sociales, s’éloigne de ses amis et de ses collègues, finissant par se priver de tout soutien extérieur. À terme, cela la rend d’autant plus vulnérable et dépendante de la relation toxique.

Signe n° 4 : La violence physique et psychique

Les actes et attitudes de l’individu jaloux pathologique visent à dominer, humilier et soumettre autrui. Cela se traduit par des violences psychiques telles que des insultes, des humiliations ou des propos dévalorisants. S’ajoutent souvent à ces comportements des violences physiques, menaçant directement la sécurité de la victime.

La violence, expression de la jalousie maladive
La personne jalouse se sentant constamment menacée ou trompée, elle décharge sa colère et son anxiété par de la violence physique ou psychique. Ces manifestations mettent la victime en danger. L’aide d’un professionnel s’avère nécessaire pour faire face à la situation.

Signe n° 5 : Les crises de colère et les explosions émotionnelles

En réponse à des soupçons infondés ou à des situations qui suscitent la jalousie, les crises de colère et autres explosions émotionnelles se succèdent. Ces comportements imprévisibles traumatisent émotionnellement celui ou celle qui en fait les frais et créent un environnement instable dans la relation amoureuse, amicale ou professionnelle.

Dans ce cas, il est impossible d’instaurer une situation de communication saine et propice aux échanges. Les émotions négatives de la personne jalouse finissent par déborder et par s’exprimer sous forme de crise. Une véritable déflagration pour la victime.

Signe n° 6 : Les comportements extrêmes de contrôle

L’angoisse de l’abandon et le besoin de tout contrôler donnent lieu à des comportements étouffants et intrusifs de la part du jaloux maladif, ce qui compromet la liberté individuelle de la victime et la confiance au sein de la relation. La personne jalouse peut exiger, par exemple, un rapport détaillé de chaque activité, de chaque plage horaire au sein de l’emploi du temps. Elle n’hésite pas à imposer une manière de s’habiller, de penser et à utiliser des dispositifs de suivi.

Dans leurs travaux intitulés « The role of attachment insecurity and neuroticism in predicting jealous responses » (2014), Muise, A., Christofides, E., & Desmarais, S. expliquent que les comportements excessifs de contrôle prennent la forme de limitations imposées à l’autre personne quant à son apparence ou sa façon de se comporter.

Signe n° 7 : La remise en question constante de l’amour porté par l’autre

« Tu ne m’aimes pas vraiment » : cette phrase revient souvent dans la bouche d’une personne jalouse à l’extrême. La remise en question constante de l’amour ou de l’attachement fait partie des signes de la jalousie maladive. Même en présence de preuves d’amour ou d’affection, les sentiments sont sans cesse interrogés, questionnés et triturés.

Une simple parole, une simple action peut être interprétée de manière négative. La personne jalouse la considère alors comme un signe de désintérêt ou de trahison. Ce doute qui plane toujours met en place un cercle vicieux de validation incessant et représente bel et bien un signe de relation toxique.

Signe n° 8 : Les fixettes obsessionnelles

La personne jalouse pathologique fixe son attention sur des détails insignifiants et les interprète en boucle de façon disproportionnée. Par exemple, un simple sourire échangé entre sa moitié et un inconnu déclenche des pensées anxiogènes et la certitude d’être trompé, trahi.

La jalousie malsaine se nourrit de souvenirs, ruminations et scénarios obsessionnels qui persistent au fil des jours. C’est ce que démontrent Campbell, W. K., & Foster, J. D. dans « Individual Differences in Reactions to Relationship Threat : The Influence of Attachment and Narcissism » (2007).

Signe n° 9 : Les menaces de rupture

Les menaces de rupture demeurent, elles aussi, au cœur des relations gangrenées par la jalousie obsessionnelle. La personne jalouse menace de mettre fin à la relation si l’autre ne se conforme pas à ses attentes, ou si elle suspecte une infidélité dans le cadre d’une relation amoureuse. Il s’agit d’un moyen de contrôle très efficace qui suscite la peur.

Ainsi, la victime vit sous pression et met tout en œuvre pour répondre aux demandes de la personnalité jalouse. Cet environnement instable et toxique ne permet d’établir des limites saines dans la relation. Le résultat : une relation sans confiance et sans respect mutuel qui ne se vit jamais au présent.

Signe n° 10 : L’espionnage

Un jaloux maladif est capable d’élaborer des scénarios dignes des plus grands films d’espionnage. Il s’agit d’une manifestation extrême de la jalousie pathologique qui se traduit par la pose de dispositifs de surveillance, le suivi des déplacements de l’autre personne ou le piratage de ses comptes en ligne. Quel est le but de ce schéma obsessionnel ? Obtenir des informations sur les interactions d’un partenaire et rassembler des preuves de son infidélité.

Jalousie maladive et violation de la vie privée
Au-delà de son caractère malsain et du manque de respect évident, ce comportement constitue une violation de la vie privée. D’après la loi, nul ne peut prendre connaissance frauduleusement de la correspondance d’autrui, même en sa position de conjoint(e). Il est nécessaire de prendre rendez-vous avec un spécialiste pour faire cesser cette pratique.

Signe n° 11 : La manipulation émotionnelle

La manipulation émotionnelle est l’un des symptômes de la jalousie maladive. Elle instaure un réel climat de tension et de confusion au sein de la relation. La personne jalouse recourt à diverses techniques en réponse à son insécurité et dans le but d’exercer un contrôle sur autrui.

Par exemple, le jaloux ou la jalouse se place dans la posture de la victime, en exagérant ses souffrances pour attirer l’attention et l’empathie de son partenaire. Autre stratégie : adopter des comportements passifs en soufflant le chaud et le froid pour susciter la peur du partenaire et le désorienter : se mettre en retrait, feindre l’indifférence, garder le silence pendant plusieurs heures voire plusieurs jours.

La manipulation émotionnelle s’exerce également par la culpabilisation fréquente de l’autre. Il s’agit alors de lui faire porter la responsabilité des dysfonctionnements au sein du couple ou de la relation. Enfin, le jaloux maladif n’hésite pas à menacer de mettre fin à ses jours.

La manipulation émotionnelle, apanage du manipulateur narcissique
Un manipulateur narcissique use et abuse de la manipulation émotionnelle pour mieux assujettir et contrôler sa victime. Le processus d’emprise psychologique est aisé à instaurer si la personne en face fait preuve d’une grande sensibilité. Il est d’autant plus difficile de démasquer un pervers narcissique.

Signe n° 12 : Les questionnements incessants

La personne jalouse pathologique souhaite absolument obtenir des réponses à ses interrogations afin d’apaiser ses craintes et son sentiment d’insécurité. C’est pourquoi elle n’hésite pas à poser des questions intrusives et insistantes à son partenaire, ami ou collègue. Emploi du temps, sentiments, épisodes de sa vie passée, entourage, personnes rencontrées : le doute domine.

« Pourquoi as-tu mis plus de temps à rentrer du travail ? » « Avec qui discutais-tu au téléphone ? » « Que fais-tu sur ton ordinateur ? » Ces interrogations à propos des intentions, comportements et relations créent un climat de stress et de méfiance permanent dans la relation. Cela ne permet pas d’instaurer un dialogue sain et constructif.

Signe n° 13 : Les insinuations

Prêcher le faux pour savoir le vrai. Voici le dernier signe révélateur de la jalousie pathologique. Le comportement de l’autre constitue une source d’allusions ou d’interprétations continue. Ces dernières sont subtiles, le plus souvent, mais elles sèment le doute dans l’esprit du destinataire.

En amitié, la personne jalouse peut faire des allusions sur la sincérité de ses amis, en sous-entendant qu’ils ne se montrent pas loyaux à son égard ou qu’ils disent du mal d’elle dès qu’elle a le dos tourné. Dans la sphère familiale, ce comportement se manifeste par des insinuations portant sur d’hypothétiques préférences dans la fratrie ou sur les comportements de certains membres. Au sein du couple, cela se traduit par des propos remettant en cause la fidélité du conjoint.

Les solutions face à la jalousie pathologique

Le comportement d’un jaloux maladif s’avère déroutant. C’est pourquoi il est capital d’imposer ses limites tout en instaurant un climat rassurant. Avec un soutien extérieur et un travail sur soi, la personne jalouse est capable de briser cette spirale infernale.

Comment réagir face à un jaloux maladif ?

Face à un conjoint, un ami ou un parent toxique souffrant de jalousie maladive, il est nécessaire de préserver son propre bien-être tout en adoptant une approche bienveillante et sécurisante.

1 – Rassurer la personne jalouse

Une personnalité jalouse pathologique peine à se sentir en sécurité, quelle que soit la relation. La première étape est de la rassurer. Vous lui offrez ainsi toutes les clés afin qu’elle vous fasse confiance, sorte de la dépendance affective et reprenne confiance en elle. Verbalisez vos sentiments et valorisez-la, en toute sincérité.

2 – Fixer des limites claires

Ne laissez pas le cercle vicieux de la jalousie malsaine s’installer. Osez imposer vos propres limites et vos valeurs. Dites clairement à votre partenaire, collègue ou ami que le respect de votre vie privée et de votre sphère intime est indiscutable. Faites-lui comprendre qu’il doit apprendre à gérer ses insécurités et à accorder sa confiance.

3 – Favoriser une communication ouverte

En favorisant une communication ouverte et sincère, vous poser les bases d’une relation équilibrée. Exprimez vos sentiments et vos préoccupations sans craindre de blesser la personne jalouse. Restez calme et respectueux pour éviter que la discussion ne s’envenime. Montrez-lui que vous vous mettez à sa place mais insistez sur le fait que le respect mutuel est non négociable.

4 – Se protéger en cas de danger

Si vous vous sentez en danger physique, émotionnel ou psychique, la priorité reste de vous protéger. L’aide d’un thérapeute s’impose. Lorsque la jalousie devient trop toxique, la rupture s’impose parfois comme la seule solution. Il peut être urgent de se séparer d’un pervers narcissique s’il vous pousse à bout et devient menaçant.

À lire aussi : Dépression amoureuse : 15 signes pour l’identifier (+ Solutions)

Comment ne plus être jaloux ou jalouse à l’excès ?

Le fait d’être jaloux reste une grande source de souffrance pour la personne qui ressent ce sentiment (hors cas particuliers comme les sociopathes, dénués de sentiments). En développant de nouveaux schémas, vous vous autorisez à dépasser vos fausses croyances et à prendre soin de votre santé mentale.

1 – Se centrer sur ses émotions et ses pensées

Lorsque la jalousie survient, faites mentalement un arrêt sur image. Quelles sont vos peurs et insécurités à ce moment précis ? La jalousie agit comme le reflet de votre angoisse et non de la réalité. Et les croyances irrationnelles qui vous parasitent alimentent cette jalousie. Empêchez-vous de tirer des conclusions hâtives. Interrogez-vous notamment sur la validité de vos soupçons.

2 – Œuvrer à son épanouissement personnel

Prenez soin de vous, en consacrant du temps à vos passions et centres d’intérêt. Un loisir d’expression ou de création demeure un excellent moyen de vous épanouir individuellement et de faire taire les ruminations qui envahissent votre esprit. Il est important que vous appreniez à valoriser vos qualités et vos victoires. C’est en reprenant confiance en vous que vous parviendrez à faire confiance à l’autre.

3 – Entamer une thérapie

Lorsque la jalousie maladive prend trop de place et qu’elle empoisonne la relation, le soutien d’un professionnel de santé mental devient nécessaire. L’approche thérapeutique dépend de la relation et des besoins du jaloux maladif.

La thérapie individuelle comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) permet d’identifier et de remettre en question les pensées irrationnelles. Elle est salvatrice car la personne jalouse apprend à modifier ses schémas de pensées et à adopter des comportements plus sains dans la sphère amoureuse, amicale, familiale ou professionnelle.

Lorsque la jalousie maladive nuit à la relation entre deux partenaires, la thérapie de couple propose de nombreuses clés pour améliorer la communication, favoriser une confiance respective et surmonter les problématiques du quotidien.

Reconnaître la jalousie pathologique pour en sortir
La jalousie ordinaire fait partie d’un large panel de réactions humaines. Mais des signes comme la suspicion constante ou la surveillance excessive démontrent qu’un seuil a été franchi. Les projections et la paranoïa font basculer ce sentiment dans la pathologie.
L’aide apportée par un professionnel de santé mentale permet de briser ce schéma d’attachement dysfonctionnel et de fonder ses relations aux autres sur la confiance mutuelle et la discussion.
Votre thérapie à 90 € pour 1 mois complet

Votre accompagnement en thérapie pendant 30 jours à partir 90 € le mois complet. (Échange tous les jours avec un psychologue spécialisé et diplômé 5J/7)

Choisissez un(e) psychologue spécialisé dans votre problématique et démarrez votre programme d’accompagnement immédiatement.

3 psychologues en ligne